Le business plan, le pilier dans la création d’une entreprise

Avant même la création d’une entreprise, il faut construire un projet viable et réaliste, et cela consiste en l’élaboration d’un business plan ou d’un plan d’affaires qui démontre par écrit la valeur ajoutée du projet de création d’entreprise. C’est la préparation du passage de la stratégie à la phase concrète. Le business plan permet de définir les différentes stratégies, mais également, il représente un enjeu auprès des différents organismes que l’entreprise est amenée à faire appel pendant la réalisation de son projet.

La définition et l’utilité du business plan

Le business plan est un document écrit qui explique ce qu’on veut réaliser, comment faire, à quelle échéance et avec qui tout en soulignant que le projet entrepreneurial est viable financièrement. C’est un puissant outil de pilotage qui détaille les éléments clés du projet de création d’entreprise : l’idée fondatrice, le projet personnel et professionnel, les retours attendus, l’étude du marché dont les concurrents, les coûts par activité, les délais par activité, les cibles, l’environnement… les produits et les services, la stratégie commerciale, la stratégie financière… Il permet de fixer les objectifs de croissance et de rentabilité ainsi que de démontrer les manières de les réaliser. Il permet également de s’organiser, d’évaluer les pertes et les dépenses ainsi que de réguler l’activité sur le long terme. En se référant à ce prévisionnel, il est possible d’analyser les écarts avec l’activité réelle de l’entreprise. La finalité du business plan est de chiffrer le coût global, le retour sur investissement et le cash flow prévu. Sa réalisation est l’occasion de cadrer le projet, de créer quelque chose de concret, de définir un cadre chiffré et de faire des prévisions. Même si le business plan permet de mettre en avant les forces et les opportunités du projet, c’est également un outil d’anticipation, il annonce aussi les risques et les menaces, et cela permet au créateur d’entreprise d’être vigilant sur sa connaissance et sur sa maîtrise de son environnement. C’est aussi une feuille de route qui permet de présenter le projet d’investissement en vue de son financement. Il permet donc de clarifier les idées et de séduire les investisseurs potentiels, c’est grâce à ce document que ces derniers décident s’ils vont accompagner le projet ou non. Mais c’est également un outil de suivi de l’évolution de l’entreprise.

L’intérêt de faire un business plan

Le business plan permet de mettre sur papier les atouts, les potentialités, les avantages, les moyens et les contraintes du projet de l’entreprise. C’est la base de la réflexion sur le projet de création d’entreprise, et il obéit à une méthodologie rigoureuse avec comme objectif d’obliger le créateur à concevoir son projet en rapport avec la réalité du marché et de ses concurrents. C’est un document de référence avant la création de l’entreprise, et il permet aux créateurs, aux futurs investisseurs et aux entourages d’avoir une idée juste du projet. C’est donc l’outil indispensable lors de la discussion avec les financeurs, les banquiers et les futurs associés. Il devra convaincre les investisseurs potentiels qui devront estimer la capacité à rembourser les emprunts, mais aussi, la capacité du projet à verser durablement une rémunération à l’entrepreneur. Pour les investisseurs, il n’y a pas de levée de fonds sans un bon business plan. Mais il est aussi utile pour convaincre les banquiers afin de négocier des crédits ou des facilités de caisse. C’est un acte de foi du créateur d’entreprise. Il faut réaliser un business plan perspicace, convaincant et rigoureux pour démontrer la pertinence du projet, pour convaincre les partenaires potentiels ou les investisseurs et pour informer les partenaires. Le business plan permet de rassurer les financeurs, de mettre en valeur pour convaincre à se lancer dans cette grande aventure et de garantir sa réussite pour recruter de nouveaux salariés ou pour persuader de futures recrues. C’est un outil de communication interne et externe qui résulte d’une démarche théorique et pratique. Théorique, parce qu’il transcrit la vision de l’entrepreneur, et en pratique, parce qu’il décrit les étapes et les moyens à mettre en œuvre.

La réalisation du business plan

Le business plan est l’élément clé dans la création d’une entreprise, car il permet de calculer la rentabilité de la future activité. Son succès et éventuellement sa demande de financement dépendra de la qualité, de l’exhaustivité et de la pertinence des informations dans le business plan. Il est donc crucial de le rédiger avec soin. Il doit être simple, compréhensif et précis tout en étant attractif. Il ne faut omettre aucun détail alors, il faut prendre le temps de bien le relire et de faire des corrections si nécessaire. Pour sa rédaction, il existe plusieurs manières de s’y prendre. Il est possible de le faire sous Excel, on trouve facilement des logiciels adaptés à la réalisation d’un business plan sur Internet, et la plupart d’entre eux sont gratuits ou de le faire suivant un modèle déjà réalisé. Pour cette dernière option, il ne faut pas trop se fier aux documents d’autres entreprises, car le projet doit être unique, innovant et original. Il faut savoir que le business plan est un outil au service du créateur, le rédiger et l’élaborer lui permet de prendre du recul sur son propre projet et de mettre en évidence tous les points importants. Mais on peut aussi faire appel à un expert-comptable, il est utile pour vérifier la cohérence du projet grâce à ses connaissances approfondies en matière de fiscalité et de comptabilité et pour adopter la mise en forme la plus adaptée du business plan. Après l’avoir lu, on doit être capable d’avoir une vision très claire de ce qui est proposé aux consommateurs, de cerner les éléments distinctifs du projet, d’en apprécier la rentabilité et les risques ainsi que d’identifier les moyens et les ressources nécessaires à sa mise en œuvre. Mais la meilleure solution est de s’allier avec un expert-comptable pour la rédaction d’un business plan.

La structuration du business plan

La structure d’un business plan suit en général un raisonnement logique qui démontre étape par étape que l’activité envisagée peut générer des profits, que l’équipe a des profils complémentaires et que l’entreprise a une part de marché importante et durable. L’activité peut générer un chiffre d’affaires important s’il y a un besoin non satisfait, une solution envisagée qui est suffisamment attractive pour satisfaire ce besoin et pour déclencher l’achat ainsi qu’un nombre de clients potentiels. L’équipe doit avoir des compétences techniques, commerciales et financières, il faut aussi de l’expérience et des contacts sur le marché ainsi qu’une grande capacité à gérer une entreprise. Il est également essentiel d’identifier les concurrents avérés ou potentiels et de savoir si l’entreprise a des avantages concurrentiels. Le business plan doit avoir 2 volets : une partie rédactionnelle et une partie financière. Dans la première partie, le porteur du projet y évoque ses idées, l’analyse qu’il a réalisée des concurrents, le positionnement stratégique qu’il veut adopter, l’intensité de la concurrence présente sur le marché, les moyens dont il dispose pour arriver à satisfaire la demande et le cadre juridique de l’opération. Dans la deuxième partie, il y a les tableaux financiers comme le compte de résultat prévisionnel, le bilan prévisionnel, le plan de financement prévisionnel ou le budget de la trésorerie. Cette partie met en évidence le besoin en fonds de roulement ou le BFR, la capacité d’autofinancement ou la CAF, les différents ratios financiers…

Les éléments essentiels dans un business plan

Il n’y a pas de modèle prédéfini de business plan convenant à tous les projets, mais celui-ci peut comporter certains chapitres et rubriques, des informations qui précisent bien les caractéristiques de l’offre de biens ou de services, les ressources nécessaires et la manière dont elles seront employées ainsi que le besoin vital auquel le projet d’entreprise répond. On y trouve :

  • L’executive summary : c’est un résumé concis d’une ou de deux pages qui donne envie aux lecteurs de poursuivre sa lecture afin d’approfondir son approche sur le projet. Il condense l’intégralité du document et met en avant les points clés de toutes les rubriques sans s’étaler sur les détails, et cela, dans un langage compréhensible par tous et clair.
  • La présentation de l’équipe : certes, le porteur du projet est là, mais ce ne serait pas crédible s’il n’y a pas derrière lui une équipe compétente avec des profils complémentaires pour assurer la viabilité et la fiabilité du projet.
  • La présentation des produits et/ou des services proposés : il faut présenter ce que l’entreprise va commercialiser. Est-ce que l’offre répond à une demande existante et de quelle manière ? Cette rubrique présente en détail l’offre en prouvant son caractère innovant et son avantage concurrentiel. Il faut aussi noter les inconvénients tout en anticipant la façon d’y remédier.
  • Le marché : cette rubrique comprend l’étude des clients cibles, l’existence du marché, la segmentation des clients, la zone géographique ciblée, les habitudes de consommation, les techniques d’approche prévues, l’étude du marché proprement dit, la taille et l’évolution du marché…
  • Le modèle économique ou le business mode : c’est la preuve de la rentabilité de l’entreprise et de sa capacité à réaliser un chiffre d’affaires et à générer des bénéfices. On y trouve la stratégie commerciale prévue, les sources de revenus de l’entreprise, les canaux de distribution…
  • La concurrence : il faut déterminer les concurrents directs et indirects, les barrières à l’entrée pour les nouveaux produits et la valorisation des atouts concurrentiels.
  • La société ou l’entreprise : il faut présenter tout ce qui a trait à l’entreprise au niveau de sa structure : la forme juridique, la date de création, le début de l’activité…
  • Le capital : c’est la nature et la provenance des fonds ainsi que des actions : leurs noms, la répartition du capital…
  • Le plan d’action : c’est dans cette partie qu’il faut décrire la ligne directive à adopter pour arriver aux objectifs fixés. C’est en général entre la période de démarrage de l’activité jusqu’à 3 à 5 ans en aval. On y découvre les arguments avancés par l’entreprise (plan de recherche et de développement, investissement, objectifs chiffrés…) la gestion des ressources humaines (politique de rémunération, plan de recrutement, évolution d’effectif…) le marketing et la communication (campagne, budget, supports…) ainsi que la production (coûts, sites…)
  • Les prévisions financières : cette partie met en exergue la rentabilité du projet de création d’entreprise et le délai attendu pour un retour sur investissement. Ces prévisions reposent sur des estimations de revenus et de charges, le compte de résultat et de bilan prévisionnel ainsi que le plan de financement.
  • L’opportunité d’investissement : c’est le potentiel du projet de création pour fixer les capitaux nécessaires pour le mener à bien, le montant recherché et l’utilisation des fonds. Il faut aussi prévoir les scénarios de sortie.

Pour faciliter la compréhension du business plan, il est recommandé de joindre en annexe les éléments justificatifs, ils serviront à préciser ou à éclairer certains points.

Quelques conseils pour réussir la rédaction d’un business plan

Pour réussir à faire un bon business plan à la fois concis et détaillé, il faut mettre en avant les capacités, les compétences et les expériences des ressources humaines qui participeront au projet d’entreprise vu que la vraie richesse de toute activité est le potentiel humain. Il faut aussi présenter les informations de manière synthétique et donner des informations vraies en privilégiant une analyse poussée et un aspect plus qualitatif. Également, il est essentiel de toujours commenter les chiffres présentés et de les justifier le mieux possible sans pour autant être trop littéraire. Mais encore, il faut citer les sources d’informations et recouper les informations reçues pour que le business plan et l’entreprise soient crédibles auprès des destinataires. Notons aussi la présentation de manière détaillée de l’analyse concurrentielle et de la stratégie commerciale ainsi que des facteurs clés du succès et de l’analyse des risques. Il ne faut pas omettre la présentation du planning détaillé de l’exécution du projet ni surestimer le chiffre d’affaires prévisionnel. En dernier et pas le moindre, ce document n’est pas figé, il doit être modifié et amélioré au fil du temps.

admifacile.fr, a développé une plateforme sécurisée pour pouvoir concevoir, elaboré et modifié votre business plan.

N’hésitez pas à contacter notre équipe pour avoir accès à cet outil, en remplissant le formulaire ci-dessous.

8 + 5 =

%